Les avocats et le démarchage, qu’est-ce-qui change?

Les avocats et le démarchage, qu’est-ce-qui change?

E-réputation, Veille Juridique 4 Comments

Les conséquences de la Loi HAMON du 17 Mars 2014

Par soucis de conformité aux dispositions européennes, la France a adopté une loi permettant à certaines professions réglementées (telles les avocats, les experts comptables) de promouvoir leur activité et principalement en autorisant les actes de démarchages.

« Dans les conditions fixées par décret en Conseil d’état, l’Avocat est autorisé à recourir à la publicité ainsi qu’à la sollicitation personnalisée. Toute prestation réalisée à la suite d’une sollicitation personnalisée fait l’objet d’une convention d’honoraires », dispose très succinctement le nouvel article 3 bis de la Loi du 31 décembre 1971 modifiée par la Loi du 17 mars 2014, dite Loi HAMON.

Contrairement à ce que le grand public imaginait, les Avocats pouvaient tout à fait avoir recours à la publicité mais dans un cadre très formel qui précisait, entre autre, l’interdiction du démarchage.

Alors quels sont les véritables changements que cette loi implique ?

Dans l’immédiat, rien de révolutionnaire ! En effet, la profession d’Avocat fonctionne avant toute chose selon un code déontologique très fort qui fait que malgré les dispositions du Législateur autorisant telles ou telles pratiques, si celles-ci étaient contraires aux us et coutumes de la profession, elles ne seraient très vraisemblablement pas appliquées par les Avocats.

Il est donc très peu probable de voir les Avocats, à l’image de leurs confrères américains, démarcher à tout va, dans les hôpitaux, les restaurants ou autres lieux insolites où pourraient naître les conflits.

agoralys-avocats-post2

Pour autant, cette loi ne restera pas sans effet puisque désormais les Avocats pourront se lancer dans la recherche de prospects, mettre en place des campagnes de communication et marketing en s’appuyant sur les différents réseaux sociaux, procéder à l’envoi de mailings plus ou moins ciblés et à la création de sites internet présentant leurs services… autant de solutions que pourront proposer les Agences de Communication qui vont s’intéresser de plus en plus à ce nouveau marché.

Qu’est-ce qu’en pense la profession ?

Cette disposition ne satisfait pas l’ensemble des Avocats. De plus en plus, le fossé se creuse entre les Anciens, particulièrement attachés justement à la déontologie, et les jeunes diplômés confrontés à une conjoncture économique délicate rendant la pratique de leur profession de plus en plus compliquée (nombre toujours croissant d’Avocat, difficultés d’installation tant en collaboration que seul, projet de loi sur l’aide juridictionnelle…)

Ainsi, les jeunes avocats ont compris la nécessité de faire évoluer leur métier en l’inscrivant dans l’ère des nouvelles technologies, de la libre concurrence et du Business.

Mais malgré cette volonté d’évolution, tous les professionnels ne seront pas égaux dans les dispositifs commerciaux adoptés. En effet, avoir recours à une agence de Communication et Marketing implique un certain budget que bien souvent les jeunes avocats n’ont pas, alors que les grands cabinets ont déjà mis en place des politiques de Marketing.

Le challenge sera donc pour ces agences de proposer des services variés et personnalisés selon les besoins et les budgets de chacun, en tenant compte de la déontologie forte de la Profession.

agoralys-avocats-post3

4 Comments
  • Julien | Août 13, 2014 at 12:21

    Article intéressant. Que propose donc votre agence ? Je suis en cabinet depuis 2 ans et nous n’avons pas de site internet. Ce point est toujours récurant lors de notre réunion. Merci de me contacter au [numéro caché].

    • Agoralys | Août 13, 2014 at 12:27

      Bonjour Julien,

      Cet article vous a intéressé et nous vous en remercions. Un conseiller Agoralys prendra contact avec vous très prochainement. Pour les autres lecteurs, notre agence propose des solutions adaptées pour les professionnels du droit (avocats, notaires, huissiers) : site internet, réputation/image, référencement, sécurité des échanges informatiques, dématérialisation de documents…

  • Caro | Août 14, 2014 at 4:43

    Si les avocats faisaient plus attention à leurs images, on aurait plus confiance. Il faut dépoussiérer ça… Mon avocat (pourtant je pense reconnu) est incapable d’envoyer un email 😉 Aujourd’hui avant de parler de résultats, ils nous parlent d’honoraires (et je sais de quoi je parle). Moi je veux des garanties !! 😉 Après ce n’est pas non plus un site qui va m’influencer mais je reconnais que nous avons le droit de connaitre leurs résultats avant de choisir. Besoin d’être rassurée. Peut être des témoignages clients ou de bonnes références… et pourquoi pas « un cabinet qui ferait un discount si votre affaire n’est pas gagnée » ;-). Le rêve ! J’ai l’impression que je débourse des sommes énormes en paperasse mais je vois pas d’engagement de résultats. De plus, on parle pas la même langue !

    Pourquoi on ne voit rien sur internet ? Avant de démarcher, faudrait qu’ils prennent de sérieuses démarches.

    Caro

    • Agoralys | Août 14, 2014 at 5:06

      Bonjour Caro,

      Notre article est plus destiné à informer que certains changements dans la pratique de la profession devraient rapidement évolués. Évitons le débat ;-). Beaucoup de professions doivent faire le pas vers la transition numérique. Ne nous attendons à voir fleurir des milliers de sites de cabinets (avocats, notaires, huissiers) dans les prochains mois. Notre agence aimerait bien (si ils nous contactent). Cependant, n’oublions pas que la dite loi Hamon couvre d’abord de nombreux sujets relatifs à la consommation. Le volet qui est entré en vigueur le 13 juin dernier concerne avant tout les sites e-commerce (CGV en particulier). Prenant acte de la croissance du commerce en ligne dans le paysage français, le gouvernement entend réguler ce secteur et imposer un certain nombre de pratiques et de mises en garde aux entreprises.

BESOIN
D'EXPERTISE ?

BESOIN D'EXPERTISE?

Contactez-nous par mail

Contactez-nous par téléphone

RESTEZ INFORMÉS
Inscription newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter